Patricia

femme
chef de rang
psychologue clinicienne

J’ai été engagée dans différents secteurs en tant qu’éducatrice spécialisée, directrice de crèche, différents postes dans une banque, employée dans un salon de thé, chef de rang dans un hôtel 5 étoiles...

Mais au fond de moi, je n’ai jamais abandonné l’idée de terminer ma cinquième année d’étude de psychologie et de pouvoir exercer enfin le métier de psychologue clinicienne. J’avais commencé mon cursus à la faculté de Nice, validant mon DEUG et une partie de ma licence, vers les années 1993-94, puis j’ai déménagé et obtenu la licence et le master 1 à Chambéry en ayant validé des équivalences puisque les facultés ne proposent pas les mêmes cours. Il ne restait donc plus qu’à obtenir (si j’ose m’exprimer ainsi) le master 2 de psychologie clinique et gérontologique. C’est ce que j’ai suivi en 2009-2010. La sélection en 5è année est si dure que je n’avais jamais osé penser qu’après avoir mis entre parenthèses mes études pendant 10 ans, j’aurais eu la moindre chance de pouvoir m’y présenter face à des candidats jeunes, très motivés et fraichement sortis de master 1.

Mais il faut se donner des buts qui pimentent notre vie. Avec le recul, je me félicite d’avoir eu ce courage. Cela a totalement changé ma vie et l’image que j’ai de moi. Car à 39 ans, j’ai tenté et réussi un nouveau challenge…

En passant par ce master complet de spécialisation en gérontologie, je visais le titre de psychologue clinicienne. Ce master 2 propose des cours plus qu’intéressants, avec beaucoup de pratique et moins de théorique. Mes stages en maisons de retraite, m’ont mis en situation immédiatement. J’ai ainsi réalisé que cet enseignement me convenait parfaitement et que le poste de psychologue clinicienne en EHPAD serait en accord avec ma personnalité.J’ai beaucoup travaillé cette année universitaire et mes stages ont porté leurs fruits puisque je suis maintenant salariée dans ces deux maisons de retraite.

Pour parvenir à cette réussite, j’ai fait appel au Fongecif. A cette époque, je travaillais en tant que chef de rang dans un hôtel 5 étoiles en CDD. J’ai pu m’arranger pour participer aux deux réunions obligatoires : une réunion générale à la faculté St Jean D’Angély à Nice et l’autre en petit comité à l’antenne du FONGECIF à St Laurent du Var. A cette occasion, les personnes inscrites peuvent poser leurs questions et obtenir une information, un conseil ou de la documentation expliquant la démarche pour l’obtention d’une aide financière, d’une validation des acquis ou d’autres points encore.

Ensuite, j’ai aussi monté un dossier pour obtenir un entretien déterminant dans la sélection avec le directeur de Master 2 de psychologie clinique et gérontologique de Nice.

Le Fongecif m’a tout simplement aidé en me donnant une seconde chance. Cette aide financière a été un tremplin pour mon désir de changer de vie professionnelle, je ne me serai pas lancée à l’aveuglette sans cela. Aussi rêveur que cela puisse paraître à l’époque ce n’était pas une folie, le Fongecif m’a bien encadré, toutes les démarches ont été faciles et tous les intervenants aidants. J’ai eu des interlocuteurs formidables aussi dans le centre de formation